[Création] Le scoring dans le jeu de société

Si vous jouez aux jeux vidéo en plus des jeux de société, et que vous êtes né dans les années 80, époque où les bornes d’arcade fleurissaient encore nos cafés enfumés, ce terme ne doit pas vous êtes étranger.

Le scoring c’est le fait d’attribuer des points pour chaque action effectuée, plus celle-ci est complexe ou dangereuse plus celle-ci rapporte de points, ça peut être en détruisant des ennemis, en découvrant des bonus ou encore en réalisant des figures, et les exemples ne s’arrêtent pas là. Le but final : augmenter son score, et figurer en tête du classement. Aujourd’hui les jeux vidéo qui sont devenus de véritables expériences interactives, proposent de réaliser une quête avec un but précis au détriment du scroring d’autrefois. D’ailleurs les premiers jeux se s’appuyaient quasiment que sur ce principe comme le faisait déjà avant eux les flippers. De nos jours on peut retrouver ce score sur les shoot them up (jeux où l’on contrôle un vaisseau ou un personnage et l’on se bat contre une horde d’ennemis), ou encore dans des jeux comme Fruit Ninja où le but est de couper des fruits en réalisant le meilleur score.

Si je vous parle de jeux vidéo et de score, c’est pour une bonne raison. Les jeux vidéo ne sont pas si éloignés que cela des jeux de société, et certain aspect des jeux vidéo se retrouvent dans les jeux de société, ou d’autres jeux comme le sport où la aussi le score prend une place prépondérante.

Le score peut être un très bon atout pour les jeux de société, apportant avec lui un ajout de durée de vie, et une manière simple de quantifier son avancée et de se comparer aux autres joueurs. Pour faire plus simple, je vais prendre un exemple : Hanabi d’Antoine Bauza, édité chez Cocktail Games. Dans celui-ci le but est de réaliser le plus beau feu d’artifice. Pour cela les joueurs devront jouer ensemble pour créer des séries complètes de couleurs. Le but final du jeu, créer le plus beau feu d’artifice en réalisant le meilleur score. La beauté de votre création sera déterminée par un système de points, bien entendu plus l’on a de points mieux cela sera. Prismal (que vous pouvez trouver sur ce site) propose lui aussi un système de score. Beaucoup de jeux dits à l’Allemande utilisent aussi le scoring comme but final et même de mécanique. D’ailleurs dans ce type de jeux, il n’est pas rare de trouver plusieurs manières de scorer, en réalisant des actions diverses. A vous alors de choisir celle que vous préférez ou celle qui sera le plus rentable à ce moment-là. Mais les manières de scorer devront toujours être équitables, sous peine de rendre le jeu bancal.

C’est un ami qui ma fait découvrir Hanabi, un ami qui débute dans le monde du jeu de société, mais qui a une forte expérience des jeux vidéo. Il m’a alors indiqué qu’il avait réalisé de nombreuses parties avec diverses combinaisons, dans le but de réaliser le meilleur score. Au-delà de la joie ressentie lors de ces parties c’est donc la volonté de faire toujours mieux qui a poussé mon ami à jouer. Trouvant en Hanabi un challenge à son goût. On voit donc clairement qu’en plus du jeu en lui-même, le challenge peut être un excellent moteur. On voit aussi que la volonté de faire mieux permet d’augmenter la durée de vie.

Les jeux solo comme Vendredi de Friedmann Friese, propose de jouer seul il n’est donc pas possible de surpasser un adversaire, si ce n’est le jeu lui-même. Du coup dans ce type de jeux, le score prend une place prépondérante, et sans lui pas de moyen de remporter la partie et surtout une durée de vie très amoindrie. Si l’on prend la simple Réussite qui vous demande de ranger des cartes dans l’ordre afin de vider une pile, le simple fait de perdre vous donnera envie de rejouer afin de parvenir à battre le jeu. D’ailleurs dans Vendredi on vous propose d’améliorer votre score à chaque nouvelle partie en notant celui-ci directement sur le jeu. Une sorte de tableau des scores à l’ancienne. Le score devient dès lors un but à atteindre, et surtout une manière de se surpasser !

Pourtant, le système de score existe depuis longtemps que ce soit dans le sport, ou bien dans les jeux plus traditionnels comme le Go ou le Scrabble. Ce système n’a qu’un but dans ces cas, déterminer un gagnant, car ici la règle est simple celui qui a réussi à obtenir le plus de points remporte la partie. D’ailleurs de nos jours, la plupart des jeux compétitifs ont conservé ce système pour départager les joueurs.

Tout ceci pour dire que le scoring peut être un exemple moyen de rallonger la durée de vie d’un jeu, de donner  envie aux joueurs de revenir dessus pour s’améliorer, car c’est bien connu l’humain est un homme de défi.

 

Laisser un commentaire